textes carnets notes voix agenda parcours librairie interventions recherche cont@ct

 
 
 


éditions dernier télégramme
(nov 2009)
   
extrait 1
extrait 2
extrait 3
 
notes autour de la plui
page manuscrite
ils en parlent :
- Antoine Emaz
- libr-critique
- remue.net
 
acheter le livre :
- chez l'éditeur
-
via place des libraires
- commande dans toutes librairies, dont l'Ecume des Pages, Anima, Equipages, le Comptoirs des Mots, l'Atelier...



retour accueil la plui

 





et maintenant là seul et tou autour et depuis toujours
que ça
et pas possible autrement





extrait 1

• avec les choses devant autour tout autour avec les choses là qui me avec les choses on entends les choses qui avec les choses oui
avec les choses devant autour tout autour les choses sont si petites les choses sont si puissantes devant tout autour de moi je vois avec les choses les choses me pénètrent les choses tout autour autour me traversent avec les choses
il existe ce momen il existe ce momen où on voit les choses



• les choses



• les choses vont avec les choses viennent



• les choses avec les choses vont les choses avec les choses viennent les choses avec les choses encore les choses avec les choses autour tout autour les choses avec les choses qui me transpercent les choses avec les choses qui me parlent les choses avec les choses qui me font mal les choses avec les choses qui me traversent les choses avec les choses qui les choses avec les choses qui les choses avec les choses qui les choses avec les choses qui nous parlent les choses avec les choses qui les choses avec les choses que je n’arrive pas à finir et qui pourtant sont avec les choses parmi les choses qui me oui



• oui les choses tout autour qui me qui me transpercent et puis les choses au dedan qui me poussent les choses dan le dedan qui me bouleversent les choses au dedan qui me bouffent les choses au dedan qui me tournent les choses qui me gambergent les choses qui me tournaillent les choses qui me fatiguent les choses qui les choses qui me nouent les choses au dedan qui m’usent l’os du crâne
on entends les choses comme ça on entends les choses comme ci on entends les choses et les choses nous entendent peut-être aussi
on voit les choses on entend les choses et les choses tout autour sont
les choses tout autour sont pour nous des
les choses tout autour et nous tou petits les choses tout autour au dessus de nous et nous tou petits nous si petits nous au milieu là des choses pas grand chose



• et on ne sait pas si les choses
avec les choses qui vont avec les choses du dedan avec les choses qui viennent avec les choses du dehors on ne sait pas si les choses vraiment



• les choses vont avec les choses viennent



• les choses vont avec les choses viennent dan l’ombre ou la lum le nid de lumière les choses vont avec les choses viennent et on ne sait pas on ne sait jamais vraiment et pourtant les choses parfois on ne sait jamais vraiment si dan le nid de lumière et pourtant elles nous transpercent parfois elles atterrissent parfois elles rentrent sereines des évidences alors dan le corps la pense sereine



• dan la pense sereine devant l’hiver dan la lande dan le froid dan ma cabane devant l’hiver dan les cercles peu à peu plus petits autour de ma cabane dan la plui froide depuis plusieurs jours la plui floc la plui flic la flotte qui flic floc la flotte qui flaque devant la fenêtre et tout autour de ma cabane avec la pense sereine et toutes les choses qui sont entrées dedan
et dan les cercles autour de ma cabane mains dan le dos mains jointes dan le dos mains mains grosses mains aux paluches calleuses aux veines grosses mains dan le dos à marcher marcher autour de ma cabane en cercles partir devant un jour partir derrière un autre jour partir à gauche à l’ouest partir à droite à l’est que 4 possibilités de toute façon partir marcher marcher avec toutes ces choses dan la tête toutes ces choses dan la pense toutes ces choses dan la pense dan mon crâne avec la plui froide oui maintenant depuis plusieurs jours la plui qui marque le sol qui tâche le sol la plui qui marque le temps la plui qui marque le ciel le ciel gris quelques rayons de lum tou de même qui éclairent les choses les choses devant les choses derrière les choses à gauche à l’ouest les choses à droite à l’est les choses dan mon crâne que je balade avec moi les choses qui peu à peu marchant marchant s’épuisent puisent puisent s’épuisent les choses qui décantent peu à peu marcher qui épuise les choses peu à peu marcher qui décante les choses peu à peu les choses peu à peu autour tout autour de moi de ma cabane les choses tou dedan tou dedan moi de moi alors soudain plus claires calmes sereines moi serein soudain dan les choses sereines enveloppe déchirée soudain dehors dehors marchant marchant








extrait 2

• je marche la plui les cercles autour de ma cabane aujourd’hui sorti derrière au nord sorti et longe les voies aujourd’hui pour commencer puis les champs et les arbres les arbres la plui la plui sous les arbres et que dire de plus que dire que
impossible dire là encore plus impossible voie là que dire là encore
impossible voie et dan l’impossible voie encore l’impossible dire là encore plus à quoi sert
là le pauvre le pauvre dire impossible à peine sorti à peine sorti là de la gorge à peine et déjà bourré d’énergie mais d’impossible aussi là dan la voix ou cri



• impossible là dan la marche et ailleurs de dire encore oui plus
que dire alors poussé à dire là encore plus



• je pars donc devant au nord je quitte donc le gris quitte je quitte les fumées les cheminées le gris je quitte le fleuve gris la pierre sale la brique rouge je quitte le trop de monde et le monde trop
sur le bord du chemin d’abord le petit chemin qui démarre comme ça au bord démarre au bord des voies et d’abord les voies les wagons bâchés verts orange gris les wagons containers rouges orange jaunes les locos les ponts les échangeurs les hangars à ferraille rouille le fleuve le ciel
ensuite les buissons les arbustes les arbres puis les prés carrés les champs carrés marron beiges les champs labours gras bordés de chemins verts étroits chemins d’herbe des pistes des tracteurs trous d’eau huile
ensuite après les champs carrés labours la forêt le début de la forêt les arbres et les arbres et les arbres encore



• encore dehors dehors marche
après les voies les champs les arbres les arbres encore oui mes cercles tout autour de ma cabane marcher encore droit devant marcher et marcher encore continuer continuer encore



• l’automne la lum rasante la lum plus faible le froid arrivant le vent plui le vent puis la plui le vent puis la nui vite assez forte tenace
la nui tombant le dernier soleil rasant jaune rasant oui tombant le dernier soleil piquant piquant juste éclairant le haut des maisons les faîtières et la nui d’hiver la nui tôt la nui qui avance sur le globe la nui froide la nui automne la nui qui court sur le globe arc d’ombre pogne d’ombre coupelle d’ombre avance sur la terre recouvre les champs les prés les arbres mon chemin la nui qui me recouvre qui
la disparition de la lum de la lumière dan le creux du chemin d’abord sous les arbres d’abord le soleil rasant blanc encore là-haut violent encore 2 secondes ce soleil que je préfère blanc violent piquant rayons horizontaux drus crâmant les pupilles soleil de soudure et la nui qui arrive recouvre les champs d’ombres déjà noirs d’abord le ciel encore bleu sombre profond découpé entre les arbres et le vent
la plui toujours tombée dan la nui d’automne la lum d’automne la lum d’hiver bientôt acier froide perçante froide
puis le ciel noir bleu le ciel où nuages blanc le ciel noir bleu là sur mon chemin tout autour au-dessus je continue je



• je va viens je va droit devan je va et le le chemin longe le chemin va dan l’ombre maintenant la nui les loupiottes allumées au loin les loupiottes des maisons des gens des trains des trains filant rwaaaaaa wagons éclairés visages éclairs trognes tronches tarins vis visages pifs yeux blaires ébahis brefs dan la nui sur le bord de mon chemin
je va viens je pense depui mon dedan en marchant je marche en pensant dan mon dedan et les penses peu à peu saoulées fatiguées épuisées calmées
je pense dan mon dedan et va dehors de mon dedan à mon dehors marchant



• je va viens — toujours les mouvements ainsi vont et butent — je pars et pui j’arrête je pars et pui j’arrête avant je pars mais j’y retourne tou les jours dan le noir profond nui dan le noir profond nui après le jour descendant le jour d’automne noir descendant vite là sur là la petite boule bleue d’eau et de terre bleue là où marchent
je va et profond bute je vais et dedan va je viens et dehors bute je va et dedan vais je vais et dedan bute je viens et dehors va
je toujours va et bute je toujours bute et vais mais je toujours va toujours encore toujours toujours



• une marche une forme un aller où l’on puisse se heurter un dire un aller dire qui se heurte un aller qui sait se heurter un aller dire qui sait dire le heurté un aller dire qui laisse qui laisse dire qui laisse se dire qui laisse se dire les choses les choses comme elles sont dan leur épuisement élan dan leur bute-va



• dan l’aller dire laissé le sens le sens quoi le sens où le sens dan
dan l’aller dire laissé alors peut-être le sens couché dan la pâte dire lang le sens alors peut-être alors de lui-même émerge suinte de la matière maléée malaxée peu à peu organiquement rythmiquement organisée
enfin quan tou se passe bien pas souvent
le sens le sens quoi le sens où le sens dan
le sens vers le sens dedan et la parol dedan le sens où le sens plus le sens non le sens rien je ne sens plus le sens ce qu’il fout dan la lang je ne sens plus c’est une autre histoire une histoire qui n’est plus de sens maintenant
c’est une autre histoire qu’une histoire de sens tou ça cette parl qui m’accompagne en marchant
c’est une autre histoire une histoire de matière de corps dan la matière c’est une autre histoire la parol est dan le corps le corps dan la parol ok une histoire cette petite parol qui avec moi en marchant oui qui
ce n’est plus une histoire sur quelque chose mais ce quelque chose là lui-même maintenant qui est là dedan



• cette chose là qui est là-dedan c’est cette chose là qui pousse maintenant en elle-même dedan
alors le sens quoi le sens quel sens rien
quel sens là marcher avancer comme ça dan les labours gras les mains dan le dos l’air froid piquant humide le vent quel sens vivre de marcher là comme ça dans les labours la boue juste comme ça suffisant
juste comme ça serait suffisant