textes carnets notes voix agenda parcours librairie interventions recherche cont@ct
 
 
vrac
15 février 2006

la plui fait un sour brui comme un brui de vent devant le volet de la fenêtre le volet fermé j'écri et j'entends ce léger bruit
dou
la plui fait un léger brui et moi je là je souffle je assi je toujours là que ça commence

cet homme parl là cet homme là dans la rue me parl là cet homme parl là
dou

le ven file et c'est un flux où les feuilles et c'est un flux où l'homme là me parl et dans le vent

tu il et tu croi que
explose & percut merd

histoir de là autour tous les jours

l'aut'jour je descendais la ru cad je voyais le ciel sous mes pompes devant moi
explose and percut
je descendais la ru me cognait le cœur la ru m'écrabouillait je sentais ça cognait
explose and percut
ça serrait ça me serrait là j'avais des tremblements guiboles flageolent yeux troubles flip grave et il me fallait rentrer dans ce trou noir
la tête quand elle cogne cette opacité cette vitrification cette solidification épaississement du moins quand la tête là comm ça se met à
se met à là cette vibration anxiogène là quand sous la coupole du crâne tout est recroquevillé inarrêtable là quand plus aucun recul d'aucune sorte possible quand plus possible ça quand justement le mal est là de cette absence total de recul déperdition central du recul écroulement central et bord s'écroulant au dedans ce noir ce trou là noir du recul
agité j'étais agité de vibrements opaques ma tête

histoir de là autour tous les jours
quand les choses là comme ça se poursuivent cette déperdition cette fonte du recul sur l'agression des choses sur la pression des choses qui pressent sous le pariétal qui bousculent qui oppressent et là par dessus cette perte du recul


et moi là dedans tremblements et là alor cet homme parl là cet homme là dans la rue me parl il est penché sur son truc il tourne autour de son truc incapable visiblement d'en sortir peut-être il est là penché il me parl là il parl avec ses mains beaucoup il est penché là-dessus sur les yeux
ses yeux comme regardant finalement peut-être au-dedans
et moi là agité tremblement dedans _ avais eu peine à sortir peine à rentrer dans ce trou noir du métro lui me parl là lui tourne en rond lui tourne en tout cas ses yeux ses sourcils très froncés le fron gros plis très soucieux très en souci de bien dire ce qu'il me là dit là

et ce hom le nez énorme grands trous où poils me parl dou me cause dou me depuis son crâne mental me
me écoute en parlant très rare impression _ écoute oui coute en parlant
c’est m’sieur momo qu’on m’a dit comm ça qui s’appelle : m’sieur momo
pour l’instant il me dit juste et je voi dan ses yeux qui regardent intense qui regardent énorme je voi dan ses yeux qui parl en écoutant que m’sieur momo comprend
dan la circonvolution là angois car dan là car dan là le mental me scie quand tremble car pourquoi peurs là ici tremblent dans le crâne quand me scie
me scie car maladie de ce plus de recul ce trou de recul ce manque de recul ce cul de recul

un déplacement comm dans à l'intérieur un déplacement comm dan un enfouissement un retroussement où là dedan le nez dedan là ne voi plus ou ne voi plus que dan là là dan l'angois san recul
ce cul de recul ce trou de recul où perdu
ce trou de recul où de là souffre
ce trou du cul du mond d'un recul perdu
ce cul de recul
ce cul de recul oùlà souffre
ce trou noirlà où il fau que je rentre et où là m’sieur momo m’a arrêté just devan là m’sieur momo lui j’sai pas où i va roupiller lui c’te nui mais moi doi rentrer dan ce trou noir et voi que lui compren que lui voi que lui sen que lui voi bien tou ça tout ce qui me boue là dedan tout ce qui est ma gite
oui lui voi bien tou ça là mai où va til crécher lui ce soir où
lui voi bien a bien vu a bien senti là cette déperdition totale du recul cette déperdition du possible voir non englué du possible voir non noyé _ chez moi
et peut-être on pensera lun à lautre c’te nuit ce soir peut-être ailleurs lui moi et lui moi
lui voi bien et va rester là _ dehors _ et où cette nui _ et moi vai repartir plus fort
et lui moi et peut-être on pensera lun à lautre c’te nuit ce soir peut-être ailleurs lui moi retourné clin d’œil
en tou ca il m'a vu là il est parti vrac il m'a vu c'était just ça mais c'est ça qui m'avait touché retourné vrac ce gars-là lui dehors c'est lui qui avait vu lui le démuni et aucun autre vrac